vendredi 6 avril 2012

Rajiv Kapur: A la recherche du Soi

Cours Pratique sur la Recherche-du-Soi


NIVEAU 2 : LA RECHERCHE-DU-SOI – AU-DELÀ DU MAINTENANT


Plonger plus profondément dans un état au-delà du Présent ou du Maintenant. Nous arrivons maintenant à l’aspect le plus intéressant de la recherche-du-Soi –

LA CONSCIENCE DE LA VACUITÉ.

Reconnaître l’espace et demeurer dans cet état de conscience, calme, paisible et silencieuse est une pratique merveilleuse de l’état éveillé. Toutefois, vous devez vous souvenir que nous devons seulement croire une chose vraie ou réelle – donc inaltérable et qui éternellement "est". La conscience de l’espace possède une qualité d’immensité, d’expansivité, d’un espace brillamment illuminé qui est à l’extérieur de moi et d’un sentiment d’unité à l’intérieur de moi. La perception d’un éternel espace calme et expansif me donne cette expérience, mais elle est irréelle car tout cela disparaît pendant le sommeil profond lorsque le mental est suspendu.

À part l’état du sommeil profond, même lorsque nous fermons nos yeux dans l’état éveillé, la perception d’une sensation d’unité brillamment illuminée cède la place à une vacuité noire. Toute connaissance ou perception qui vient et part ne peut pas être réelle.

Nous pouvons penser que nous avons découvert le bonheur dans cette conscience actuelle d’espace mais nous ne devons pas faire l’erreur de croire que cela est notre véritable demeure car elle se dissout lorsque l’état éveillé disparaît!

Un fervent chercheur doit conséquemment poursuivre sa recherche plus profondément – au-delà de cet état éveillé et de son espace expansive. Nous savons que l’espace (la sensation d’unité brillamment illuminée) disparaît lorsque nous fermons les yeux, nous devons donc débuter notre démarche de là. C’est de la VACUITÉ d’où l’espace, l’état éveillé et toutes les perceptions émanent.

La pratique signifie de "regarder" un état antérieur d’où l’espace lui-même surgit. Et lorsque nous commençons à regarder, nous rencontrons LA VACUITÉ.

De nouveau, je n’ai pas besoin de regarder "vers" la vacuité ou de "chercher" la vacuité. Toujours elle "est".

Fermez vos yeux et elle est là. Qu’importe où vous regardez (en haut, en bas, sur le côté, en arrière ou devant) tout ce que vous découvrirez, les yeux fermés, c’est la vacuité.

POINTS IMPORTANTS POUR LA PRATIQUE

La pratique est presque la même que celle du NIVEAU 1, mais maintenant le focus de notre attention est devenu la Vacuité. Nous devons pratiquer une méditation assise soutenue chaque journée, de préférence deux fois par jours, pour une période de 25 à 45 minutes lors de chaque session.

Assis les jambes croisées est la meilleure position pour cela, mais ceux qui trouvent cela difficile peuvent s’assoir sur une chaise pour commencer et lentement développer leur pratique dans la position assise les jambes croisées.

Alors, en premier lieu, STOPPEZ vos pensées durant la méditation formelle assise, DÉTENDEZ-VOUS et au lieu de regarder vos pensées ou histoires (qui sont tous des mouvements du mental) COMMENCEZ à reconnaître la présence de la VACUITÉ sombre. Elle semblera partout autour de vous, large et vaste. Initialement cela ressemblera à de l’effort, mais vous devez continuellement y travailler. TOUT SIMPLEMENT, STOPPEZ VOS PENSÉES, DÉTENDEZ-VOUS ET REGARDEZ – REGARDEZ TOUT SIMPLEMENT.

En regardant simplement avec les yeux fermés, vous découvrirez la vacuité. Quelques fois vous serez tenté de REGARDER en avant à l’intérieur de la vacuité ou de regarder en arrière. Expérimentez et jouez avec les différentes façons vous pourriez regarder.

L’aspect clé dans la façon de "voir", encore une fois, c’est l’attention – NON PAS une attention focalisée sur la vacuité, mais une vue plus large englobant tout d’elle. Cela ne requiert pas une focalisation mais une vision expansive et détendue. Le simple acte de regarder avec votre vision intérieure est par elle-même suffisante pour que la vacuité apparaisse automatiquement.

En premier lieu, la VACUITÉ apparaîtra partout, et pas juste en avant ou derrière. Plusieurs choses commenceront à apparaître à l’intérieur de cette vacuité. Une variété de pensées, d’images, d’émotions refoulées et de peurs, de rêves, de phénomènes (lumières et tunnels) et puis l’état éveillé, tout cela apparaîtra à l’intérieur de la vacuité.

Certains de ces phénomènes pourraient apparaître presque dramatiques. Comme Sadhaka, vous ne devez pas être bouleversé, excité ou apeuré par ce que vous expérimenté, car ces phénomènes ne sont PAS le but. Souvent, ont pourrait être emporté par ces visions puisque c’est naturel. Soyez doux envers vous-même et commencez à reconnaître cette vacuité à l’arrière-plan sur laquelle tout cela est surimposé. Souvent vous cesserez d’être attentif et tomberez endormi mais cela aussi n’a pas d’importance. Continuez d’affirmer que cette VACUITÉ est toujours présente, même en dépit d’échecs dans la pratique. Avec la reconnaissance continuelle et la pratique de regarder, la VACUITÉ à l’arrière-plan deviendra votre nouveau centre.

(Note: Pour aider à avoir une vision claire de la vacuité et pour s’attaquer aux pensées, une technique puissante de respiration est habituellement donnée.

L’on doit pratiquer continuellement "REGARDER L’ESPACE", "REGARDER LA VACUITÉ" (ne pas regarder "vers" eux avec une focalisation étroite) avec cette technique de respiration jusqu’au moment ou l’on est complètement stabilisé dans la VACUITÉ à l’arrière-plan.)

Il est de beaucoup préférable de commencer à reconnaître la vaste vacuité à l’arrière-plan que d’essayer d’être un témoin constant de vos pensées, des images, des phénomènes et le sens corporel du Je-Suis.

PLUS VOUS PORTEZ ATTENTION À UN OBJET, PLUS CELA AUGMENTE SON POUVOIR ET SA MAINMISE SUR VOUS; IL DEVIENT VOTRE RÉALITÉ!

Il n’y a pas de problème de reconnaître les pensées, les images, les phénomènes etc. Mais utilisez le maximum de votre attention sur la reconnaissance répétée de CELA, l’état de conscience antérieur (vacuité à l’arrière-plan) sur lequel tout cela s’élève et tombe. Cela deviendra alors, votre nouvelle réalité.

Sachez que toute pratique n’est PAS uniquement question de discipline et de persévérance, mais, c’est aussi une question d’acceptation, d’amour et d’appréciation de ce qui est déjà disponible pour vous. Cela vient avec une profonde acceptation et un abandon envers ce qui se présente de lui-même, et après de regarder l’entièreté avec une vision attentive et expansive - la totalité.

Une fois que vous êtes capable de vous identifier et de vous reconnecter au silence éternellement libre, et de la conscience de la vacuité sombre après une pratique répétée, vous n’aurez plus besoin de pratiquer la reconnaissance, ni la vision consciente. Tout cela deviendra très automatique et sans effort. Tout tombera sans effort dans cette vacuité et tout ce que vous connaîtrez sera cette vacuité comme un flot continuel à l’arrière-plan. Vous vous trouverez continuellement détendu et sombrant dans cette vacuité. Sans aucune distraction vous y empêchant, vous entrerez facilement dans la vacuité. Vous vous fusionnerez alors dans cette vacuité et DEVIENDREZ cela. DEVENANT LA VACUITÉ.

Ce n’est PAS une tâche facile de devenir la VACUITÉ. La transition du corps-mental expérimentant l’espace avec la faculté des sens – dans une différente réalité, qui est la conscience d’une noirceur dense (au delà les sens et l’individu lui-même) – n’est pas particulièrement confortable au départ. Initialement la vacuité sera la sensation d’un vide complet et cela n’est pas facile à vivre pour le mental/égo. Habitué de vivre avec des concepts, des histoires et toutes les formes de connaissance, mais subitement le mental comme contenant se trouvera complètement vide de tout.

Le mental/égo ne le prendra pas très bien. Il déteste vivre seul et donc il créera des fausses peurs, d e l’insécurité, et cela peut devenir très demandant pour le sadhaka. Bien que la nécessité d’un gourou vivant et de sa présence est ressenti pour tout les aspects et à chaque niveau de la sadhana, elle est encore le PLUS nécessaire à ce stade. La voie vers le néant NE PEUT PAS être entreprise seule. Sans l’aide d’un gourou physique, la majorité des sadhakas vont faire demi-tour.

Seul le gourou tient la main de son disciple bien-aimé pour traverser cet océan de souffrance vers le néant. Et quand cela se produit, l’anxiété à la perte apparente de tout les concepts associés avec le "Je" – ou de l’expérimentateur (avec un nom et une forme) – soudainement se transforme en rire, joie et bonheur. Il sera connu alors que la VACUITÉ n’est PAS un état vide ou un néant, mais un état PLEIN de vide.

Vous deviendrez tellement rempli de cela qu’aucun concept quoiqu’il soit pourra trouver une place pour y demeurer. Les mots JE SUIS RIEN, JE SUIS PERSONNE, RIEN N’A D’IMPORTANCE deviendrons une réalité vivante dû à la pure Grâce du Gourou, le dévouement du sadhaka et son niveau d’abandon.

Notez qu’à n’importe lequel niveau vous pensez être, les niveaux 1 et 2 DOIVENT être pratiqués simultanément avec la méditation avancée. Quelques fois, il arrive que des sadhakas soient capable de pratiquer la méditation sur la vacuité sans s’être bien stabilisé dans les niveaux précédents de la pratique. Ceci peut devenir un obstacle aux stades ultérieurs. Il est donc conseillé que vous bâtissiez une fondation solide dans les niveaux 1 et 2 même si vous croyez être aux niveaux avancés dans l’observation de la vacuité

NIVEAUX 3 ET 4: AU DELÀ DE LA VACUITÉ

Comment la VACUITÉ elle-même disparaît, révélant le pure JE SUIS et subséquemment révélant le SOI sera couvert dans les NIVEAUX 3 et 4. Il n’est peut-être pas possible d’écrire à propos de cela comme pratique car le praticien lui-même est manquant à ce moment. Il est pris ou possédé par Dieu, le Gourou ou la Conscience. Les prochaines étapes sont révélées directement par la Grâce intérieur. La Pure Conscience complètera le travail par elle-même.

Copyright  Rajiv Kapur, Décembre 2012




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire