mardi 24 août 2010

Adyashanti: Vivez comme vous méditez


La Méditation pure vit avec nous. On peut s’y livrer en tout temps, en tous lieux, partout. Vous conduisez votre voiture et laissez tout tel que c’est. Vous vous exercez à laisser la circulation telle qu’elle est. Vous vous entraînez à laisser les sensations telles qu’elles sont. Vous laissez le temps qu’il fait être tel qu’il est. Ou lorsque vous rencontrez votre ami(e) ou votre amant(e), investiguez l’expérience. A quoi ressemble la rencontre avec cette personne si je la laisse être complètement telle qu’elle est ? Que se passe-t-il quand je me laisse être tel que je suis complètement ? A quoi ressemble notre relation ? En quoi se transforme-t-elle ?

La Méditation véritable est donc une méditation très active, très engagée. A vrai dire, il est important de concevoir la méditation comme davantage qu’un processus qui se déroule uniquement en position assise et dans un lieu paisible. Autrement, la méditation et notre vie quotidienne deviennent deux entités distinctes, d’une part « ma méditation », et par ailleurs, « ma vie quotidienne ». En nous éveillant à la réalité, nous découvrons que tout n’est qu’une unique chose, une même expression homogène de l’Etre.

Et si le fondement de notre vie, pas seulement le fondement du temps passé à méditer, permettait de tout laisser tel que c’est ? Ce serait une base révolutionnaire dans la vie de la majorité. Il est visionnaire d’avoir comme base dans votre existence, comme attitude définitive dans la vie, de tout laisser tel que c’est déjà. Cela signifie de tout laisser tel que c’était, tel que c’est et tel que ce pourrait être. Et si la base même de votre vie, toutes ces heures de la journée où vous n’êtes pas assis en silence, était consacrée à la pratique de tout laisser en l’état ?

L’attitude rendra votre vie plutôt intéressante. Car la méditation est sans danger. Vous vous installez sur votre siège dans une posture qui vous plaît. C’est sans danger, un peu comme de revenir au sein maternel. Il est merveilleux de découvrir un sanctuaire, un espace en vous sur lequel vous pouvez compter, un espace dont rien ni personne ne peut vous priver. C’est superbe. Il est toutefois très intéressant de nous ouvrir et de considérer la méditation non pas comme un sanctuaire, mais comme une approche à la vie en soi.

Notre résistance s’estompe peu à peu. Et de ce fait, nous découvrons ainsi quelque chose de très puissant, de très fort. Nous découvrons la chose la plus essentielle, la vérité de notre être. Nous découvrons que notre nature essentielle en tant que conscience laisse systématiquement toute chose telle qu’elle est.

Voilà pourquoi nous méditons ainsi : c’est ainsi que se comporte la conscience, elle consent à tout tel que c’est. La conscience en soi n’oppose aucune résistance. Elle ne s’oppose pas à ce qui est. La conscience, votre nature essentielle, n’intervient pas.

L’une des clefs pour atteindre la liberté, c’est de vivre comme vous méditez. Si nous laissons tout suivre son cours, cette atmosphère intérieure, cette attitude exempte de saisie donne naissance à un espace très fertile, à un état de conscience très puissant. Ces moments d’abandon engendrent un espace très créatif, où survient la révélation intuitive.

Extrait du livre: "Conscience pure et méditation véritable" Ed. Ariane

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire